Management interculturel et coaching

Le 21/02/2012 - 5 Commentaires

International, interculturel, multiculturalité, sont des mots qui aujourd’hui font partie de plus en plus de notre quotidien et devront être considérés par le management de nos entreprises ou par la société comme des basics.

Effet de la mondialisation ou simplement besoin d’ouverture des différents responsables ?

En quoi cette nouvelle dimension touche les managers, les responsables et les dirigeants ?

Sommes-nous préparés et prêts à vivre ce changement ?

Comment affirmer notre propre identité et trouver des points communs pour travailler ensemble ?

Et si cette tendance était pour nous une chance d’ouverture ?

Je vous propose ici un regard de coach sur ces questions.

  • Ouverture au changement : adaptez vos comportements

Quelque soit la taille de notre entreprise, il nous est demandé de prendre en compte la dimension de l’environnement international.

C’est en réalité une réelle modification de notre comportement qui est en jeu. Le management évolue de plus en plus vers un management de type transversal.

Sommes-nous ouverts à une forme de transversalité dans notre comportement et dans nos styles de relations ?

L’objectif pour chacun d’entre nous pourrait-il être de trouver une façon personnalisée d’intégrer les différences de culture et de comportement qui constituent notre environnement relationnel ?

Ce travail est celui de l’intégration de la différenciation envisagée comme une force, un atout favorisant la performance collective.

  • Devenez un manager d’une autre dimension

Parce qu’il est attentif à l’acceptation de la différence, parce qu’il intègre la puissance de la dimension humaine de son métier, parce qu’il exerce une écoute active auprès de ses collaborateurs, le manager est appelé à prendre une autre dimension personnelle et professionnelle.

C’est dans un véritable parcours du « devenir » que les responsables d’entreprise pourront apprendre à mieux comprendre le comportement de leurs équipiers, et donc être plus en phase d’une part avec la transmission une vision partagée de leur projet, d’autre part avec le sens que personnellement ils pourront donner à leur action.

Une telle progression peut nécessiter un accompagnement individualisé avec l’objectif principal d’être en évolution et en formation continue vers le développement durable de leur activité.

  • Soyez prêt au changement

Une attitude d’ouverture est nécessaire au changement.

Changer par soi-même, c’est aussi refuser d’être changé par son propre environnement sans y adhérer pleinement.

Changer c’est aussi intégrer la différence qui nous entoure quelle qu’en soit sa forme : culturelle, sociétale, sexuée. C’est aussi considérer que chacun d’entre nous possède une forme de handicap qu’il doit surmonter pour s’enrichir.

  • Affirmez votre identité culturelle

Notre identité est faite de nos racines culturelles, de nos valeurs, de l’évolution de notre comportement au travers des rencontres et des événements que la vie nous propose.

Travailler sur l’acceptation et l’intégration de la différence, c’est renforcer nos spécificités dans un esprit de complémentarité et d’échange qui permet de s’affirmer avec une meilleure estime de soi tout en respectant les différences de chacun et donc sa propre identité.

  • Considérez ce travail comme une chance d’ouverture !

Affirmer son identité propre tout en aidant les personnes de notre environnement professionnel à affirmer leur identité propre est une chance à saisir pour la cohésion des équipes de demain.

C’est encore un travail passionnant de construction d’équipe qui peut être aussi suivi par un coach ou une équipe de coachs dans la durée pour accompagner le changement, permettre à chacun d’exprimer le sens qu’il donne à sa mission, et renforcer la cohésion d’équipe, conditions indispensables à la construction d’une vision partagée qui elle-même est porteuse de résultats et donc d’une performance collective.

  • En guise de conclusion …

Je crois passionnément à la capacité de changement positif de chaque femme et de chaque homme, et suis convaincu de l’opportunité qu’il peut y avoir à faciliter cette expression pour en faire un atout.

Le coaching, particulièrement dans ce contexte interculturel est une bonne façon d’accompagner le changement, en renforçant l’attachement à nos valeurs et le respect des différences qu’un tel cheminement peut mettre à jour.

Le coach est préparé à ce rôle, en particulier par sa formation et son expérience et aussi parce qu’il a réfléchi à son propre positionnement, à ce qui donne sens pour lui dans l’exercice de son métier.

C’est pour ma part dans cet esprit que j’exerce mon métier avec la même passion depuis plus de 10 ans.

Éric de Pommereau

Coach

Partager

Commentaires

5 réponses à “Management interculturel et coaching”

  1. [...] coaching-interculturel.caplarge.com – Today, 9:31 PM [...]

  2. [...] coaching-interculturel.caplarge.com – Today, 11:09 AM [...]

  3. Gabriela Karkoskova le 23/02/2012 à 18 h 52 min

    Je travaille pour PSA Peugeot Citroën en Slovaquie, il y a (au moins) deux cultures : française et slovaque. Pour faire approcher les deux cultures, accélérer le processus d’acceptation on a choisi l’approche qui dit qu’on est les mêmes et qu’il n’y a pas de différences culturelles. C’est devenu contra – productif. Il y a les différences, il vaut mieux de les intégrer, écouter et accepter, de s’enrichir au lieu de les nier.

  4. Eric de Pommereau le 23/02/2012 à 19 h 04 min

    @Gabriela Karkoskova -
    Merci Gabriela de ce commentaire, qui confirme la nécessité de l’intégration de la différence comme un des moyens d’aboutir à une cohésion d’équipe performante.

  5. Alain DJEYARAMANE le 24/02/2012 à 7 h 00 min

    Merci pour ce superbe article, extrêmement pertinent à l’époque où l’on vit !

    Quand tu m’as dit que tu faisais partie des Coachs de 2nd génération, cette affirmation prend pour moi tout son sens.

    Effectivement, je pense qu’en France les décideurs n’ont pas pris suffisamment en compte cet aspect dans le développement de nos échanges avec notre environnement extérieur (à l’inverse des pays Anglo-saxon, l’Allemagne ou des pays asiatiques). Je pense qu’en ces temps de modalisation irréversible, nos entreprises, nos décideurs, nos dirigeants et surtout nos concitoyens doivent apprendre à s’adapter à cette grande évolution qui s’est accéléré depuis la fin du……. 15ieme siècle !

    Très cordialement,

    Alain DJEYARAMANE

Laisser une réponse





*