Comment intégrer le contexte culturel au coaching interculturel ?

Le 03/04/2011 - Déposer un commentaire

Nous vivons depuis notre naissance dans état inconscient et conditionné par des modèles. Ce qui forme,  au sens large, notre culture à laquelle nous sommes attachés, voire accrochés.

La véritable nature de l’Homme ou l’inné de chacun (types psychologiques selon CG Jung ou MBTI – Myers Briggs Type Indicator) n’est pas notre conditionnement rationnel (profil culturel).  Elle est à la fois plus grande que ça et plus petite que Soi. Tout est contenu dans ce Un, unique et inaliénable.

Imaginez la graine du coquelicot à sa floraison, si frêle, gracieuse et éphémère voulant s’offrir le luxe d’une autre grandeur pour devenir un chêne majestueux et centenaire de nos forêts !!! Elle a de forte chance, pour n’y arriver jamais,  d’avoir à subir une existence difficile à vouloir s’écarter  de sa nature véritable.

L’ « Art du coaching », l’efficacité et la primauté du coach sont de permettre,  d’abord,  la distinction entre manipulation inconsciente et conditionnée, voire hypnotisée, d’avec un éveil conscient, pour produire l’homéostasie ou équilibre et l’intégrer à sa véritable nature.

Le coaching intervient à la fois dans ces deux réalités complémentaires et co-existantes. Même si 99% de nos activités cognitives sont de l’ordre de l’inconscient, le 1% de notre conscience, aujourd’hui, s’est suffisamment développé à promouvoir des concepts et mécaniques qu’il sait ou doit savoir nous permettre d’échapper à cette manipulation et produire un sursaut plutôt qu’un chaos fratricide et  la répétition de l’échec.

Notre culture personnelle et collective identifiée, en se déconditionnant, s’offre une ouverture sur une autre réalité interne comme externe. Cette ouverture est appelée : « interculturalité ». S’approprier ses éléments, rend hommage à l’humain et fait partie d’un coaching spécifique en milieu d’organisation.

Plus qu’une consolidation d’équipe, le coaching interculturel est la dimension supérieure à l’échelle universelle.

Dans un contexte de mondialisation (globalisation), cette communion des forces compétentes et des idées devient un atout maître concurrentiel et un développement durable.

Germain Bouleau.

Partager

Commentaires

Laisser une réponse





*